Accueil > Articles > Sur la corde raide

Sur la corde raide

lundi 19 décembre 2011, par Pierre Beaulne

Recommander cet article

Avant-propos

Les observations et les commentaires qui suivent s’inscrivent dans le prolongement de l’analyse de la conjoncture économique soumise en octobre dernier Il s’agit surtout de rendre compte des nombreux rebondissements entourant la crise des dettes européennes, de faire état des données récentes concernant l’évolution de l’économie ainsi que les perspectives de croissance, et d’indiquer les changements apportés par les gouvernements à leurs cadres financiers à l’occasion de la publication des mises à jour automnales.

1. Situation internationale

Il y a quelques semaines à peine, l’évolution de la situation paraissait devoir dépendre de manière critique de l’issue du sommet du G-20 à Cannes, les 3 et 4 novembre derniers. Cet événement était considéré comme une date butoir pour les dirigeants européens dont on attendait qu’ils présentent à la communauté internationale un plan crédible pour résoudre de manière durable la crise de la dette souveraine. Au lieu de cela, le monde a eu droit à une tragi-comédie invraisemblable qui a abouti à l’installation de banquiers à la tête des gouvernements grec et italien.

En effet, dans les jours qui ont précédé l’événement, des rencontres de haut niveau entre dirigeants européens se sont multipliées. Celles-ci ont conduit à l’accord de Bruxelles du 27 octobre 2011 auquel ont adhéré les 17 pays de la zone euro, y compris la Grèce. L’entente prévoyait une forte réduction de la dette grecque moyennant des ajustements substantiels des finances de ce pays et la mobilisation de 1 000 milliards d’euros pour prévenir la contagion .

LISEZ LE TEXTE COMPLET EN MODE PDF

PDF - 319.3 ko
TEXTE COMPLET

Ajouter un commentaire


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)